EUREKA !

Après 3 ans de tergiversations, le SAMU 83 et l’ADSU83 ont fini par mettre en place ce 1er janvier 2013 le référentiel portant sur l'organisation de l’urgence pré-hospitalière dans le département.
Il faut dire, que la pression exercée sur les tutelles par l’AU 83 ont fini par payer.  Mais il a fallu toute l’opiniâtreté de la nouvelle déléguée territoriale de l’ARS du Var pour obtenir ce résultat. Il est vrai que cela était très compliqué de publier un tableau de garde de jour, dans des secteurs déjà existants la nuit pour le chef de service du SAMU 83 et les responsables de l’ADSU83, qu’il leur a fallu qu’une quinzaine de jour pour le publier !
Donc depuis ce 1er janvier 2013 une ambulance de garde est disponible dans chaque secteur de garde du département prête à intervenir immédiatement, sur demande du centre 15. Cela va être très compliqué à partir de ce jour de justifier le financement de  4500 carences d’ambulances privées.
Par ailleurs nos collègues transporteurs sanitaires sapeurs-pompiers pourront dorénavant s’appuyer sur cette garde pour limiter leurs sorties, se réserver à leurs missions propres les accidents, sinistres et catastrophes et de ce fait, faire faire des économies aux contribuables varois qui en ont bien besoin.
Le transport sanitaire a toujours représenté un enjeu pour de nombreuses organisations qui se servent de celui-ci pour obtenir financement public, gonflement des interventions, subventions diverses etc etc.
Le lampiste de cette incurie est le transporteur sanitaire privé a qui l'on fait porter le chapeau de la dérive des dépenses de santé.
Comme certain l’on dit:" il faudra que les masques tombent".

HÔPITAL SAINTE-MUSSE: ON VA TAPER LE CARTON!

carton rougeNoël approchant, voici que l'on va pouvoir sortir de leur boîte en carton les petits santons qui y sommeillent, voici que l'on va pouvoir envoyer les cartons d'invitations pour les agapes, voici que l'on va pouvoir tirer mémé et pépé pour le carton du loto de la maison de quartier du coin, voici également que l'hôpital Sainte-Musse, ne voulant pas être en reste, nous a concocté un petit cadeau en nous offrant à nous, ambulanciers, ses petits cartons...

 Alors, qu'en est-il exactement?

 -Petit rappel: Lors d'une admission aux urgences, le devoir d'un ambulancier est de transmettre un bilan à l'IAO et accessoirement d'effectuer les formalités d'admission, ce qui n'est pas une obligation mais un service rendu. En aucun cas l'ambulancier se doit de transmettre des informations médicales concernant un patient à une secrétaire de bureau des entrées, celà pouvant déboucher sur une plainte du patient qui pourrait considérer celà comme une indiscrétion de la part de l'ambulancier.

 

Qui les arrêteras ?

La Cour des comptes dénonce les rivalités du secours en montagne

SécuritéPublié le vendredi 16 novembre 2012

Face aux rivalités auxquelles se livrent les services de secours en montagne, la Cour des comptes propose à terme le retrait des CRS de cette activité, voire leur transfert vers la gendarmerie. Les pompiers sont aussi invités à limiter leur action. Quant aux plans de secours, ils doivent épouser l'échelle des massifs.

Ces policiers qui « soignent » les ambulanciers

 Publié le vendredi 09 novembre 2012 à 11H00 - Vu 5650 fois
Le contrôle effectué par les motards de la CRS 21 a duré 20 minutes. Dans l'ambulance, un garçon âgé de 12 ans, victime d'une entorse à la cheville.

Le contrôle effectué par les motards de la CRS 21 a duré 20 minutes. Dans l'ambulance, un garçon âgé de 12 ans, victime d'une entorse à la cheville.
SOISSONS (Aisne). Une ambulance missionnée par le Samu est un véhicule comme les autres. C'est l'étrange théorie qu'ont mise en pratique trois motards de la CRS 21. À Soissons, un enfant blessé en a fait les frais.
FICHE 2095333. Ce n'est pas avec ce numéro que Mme F. va gagner le gros lot. Ce 25 octobre, en matinée, son fils se mélange les pédales sur le chemin du collège. Il est tôt, c'est une chute de vélo, le papa chauffeur routier est au travail et la maman n'a pas de véhicule.
Le gamin a 12 ans. Une douleur lui mord la cheville. Impossible de rallier l'établissement. La maman est prévenue; elle compose le 15. Il est 8 h 43. À 9 heures, le blessé est dans l'ambulance et sa mère avec.
Fiche de transport remplie. La routine presque pour Cédric et Franck, deux ambulanciers certifiés. L'hôpital n'est pas loin. À 9 h 05, si tout va bien, le collégien sera aux urgences, à l'hôpital de Soissons.

Ambulanciers vous êtes en danger !!!!!

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 (PFLSS) dans son art 38 prévoit une budgétisation de la prise en charge des dépenses de transport par les établissement hospitaliers.
Des expérimentations pourront être menées par les ARS, les CPAM ou les établissement.
Vous pouvez télécharger le texte et le courrier de sensibilisation émis par la FNAP.

icon Courrier mobilisation FNAP
icon Art 38 de la PFLSS

Et un énième rapport !!!!!!!!!!

Un enième rapport rédigé par le sénateur De legge a été publié par le sénat.


Extrait du rapport du sénateur De legge.

c) Les ambulanciers privés
Il existe aujourd’hui environ 13 000 ambulances privées participant à
l’aide médicale urgente. Dans le cadre de l’agrément n° 1 du décret n° 87-965
du 30 novembre 1987 relatif à l’agrément des transports sanitaires terrestres,
les transporteurs sanitaires privés sont tenus de participer, dans la mesure de
leurs moyens techniques et humains, à l’aide médicale urgente et à la
permanence des soins.
Dans cette perspective, les ambulanciers ont pour mission de prendre
en charge les urgences pré-hospitalières à caractère sanitaire qui ne
nécessitent pas la présence d’un médecin.
Un tour de rôle est organisé entre les entreprises concernées de
manière à ce que, chaque jour, un ou plusieurs équipages soient mis à la
disposition du SAMU.
En principe, le SDIS ne peut pas être sollicité par le régulateur du
centre « 15 » pour un simple transport sanitaire, sauf si aucune ambulance
privée n’est disponible. Dans ce dernier cas, il y a alors « carence
ambulancière ». Cette carence donne droit à un défraiement du SDIS par
l’assurance maladie sur des bases tarifaires réglementaires.

icon Rapport Sénateur De Legge - mission des SDIS

Bienvenue à Béatrice PASQUET

Notre directrice de la délégation territoriale du Var de l’ARS PACA Florence AYACHE nous a quittés pour rejoindre la direction du centre hospitalier de Clermont de l’Oise. Elle abandonne entre autre à sa remplaçante Le Dr Béatrice PASQUET en provenance de la délégation territoriale des Bouches du Rhône de l’ARS PACA le dossier des référentiels qui doivent être mis en place dans tous les départements français et en particulier dans le Var. Madame Florence AYACHE a tenté sans succès de mettre en application dans notre département le référentiel portant organisation de la réponse ambulancière aux urgences pré-hospitalière. Elle s’est heurtée à une opposition farouche des responsables du SAMU 83 et de la direction du centre hospitalier qui voit d’un très mauvais œil la mise à jour de leur manipulation budgétaire.
Notre inquiétude est grande lorsqu’ on voit comment fonctionne à Marseille la participation des entreprises privées de transport sanitaire à l’organisation des urgences pré hospitalières ou le référentiel n’a même pas eu un début d’application.
Malgré tout nous souhaitons la bienvenue au Docteur Béatrice PASQUET et lui conseillons de suivre l’actualité sur www.au83.fr un univers impitoyable.

Bienvenue Monsieur GAUDIN.

Secrétaire général de la préfecture du VarPierre GAUDIN revient à TOULON en qualité de secrétaire général de la préfecture du Var. Il avait été dans les années 2002 - 2004, Directeur de cabinet du préfet du Var , Pierre DARTOUT, qui s’était fortement impliqué dans la mise en œuvre des différentes conventions dont la convention tri partite Ambulancier, SAMU, Pompier. Cette convention imaginée par les pouvoirs publics a été non sans difficulté signé par le SDIS mais jamais mise en application par le SAMU. Pierre DARTOUT avait dû affronter en plein été une grève très dure, des transporteurs sanitaires privés.  Aujourd’hui Monsieur Pierre GAUDIN pourra constater que depuis huit ans qu’il a quitté le département  rien n’a changé. Les différents rapports de la cour des comptes, les différents rapports parlementaires ne sensibilisent pas grand monde dans notre département.