La Police municipale de TOULON n'aime pas, elle non plus, les ambulanciers privés...


Il y a quelques jours, une ambulance était mandatée par le SAMU 83 pour aller porter assistance à une dame atteinte, entre autre de syndrôme dépressif, sur la commune de Toulon, plus précisément sur l'avenue de la République, au numéro 479 se trouvant sur la contre-avenue, c'est-à-dire sur la voie montante unique qui part du stade Mayol et qui va vers l'arsenal.
Cette artère toulonnaise n'étant pourvue de places de parking, ni même de renfoncement permettant de s'y garer, il va de soi que le véhicule fut stationné devant l'entrée du domicile, soit sur la voie roulable.

L'équipage après avoir passé 10 minutes auprès de la patiente, pas vraiment au mieux après ingestion de médicaments et non alimentation, entreprit d'évacuer cette dernière après bilan auprès de l'autorité de régulatio médicale.

 C'est à ce moment-là que la situation prît du piquant...

Il y a du soucis à se faire.

Nous nous excusons pour cette erreur malacontreuse de publication.
Ce sont des Sapeurs pompiers qui sont tabassés et non des Ambulanciers

Quand la police,  publie un communiqué sur les prétendues infractions commises par les transporteurs sanitaires de Lyon dans les termes rapportés par la presse et niant la compétence en matière d’urgence vitale des ambulanciers privés la commissaire Dorothée GELARD a du rater quelque cours à l’école de police. Mais son zèle pour faire plaisir à ces employeurs du ministère de l’intérieur qui sont en même temps les patrons des sapeurs-pompiers lui permettra peut-être de prendre du grade et d’entrevoir la place de DDSP. (Directeur départemental de la sécurité publique la plus haute fonction de la police dans le département.)

Il est vrai que la police de Lyon est connue pour ces commissaires zélés et que la liberté de la presse nous a permis d’en juger.

La justice saisi devras faire, une application démocratique de la loi et relaxeras nos confrères ambulanciers, car les infractions relevées n’en sont pas.

Cette affaire de Lyon n’est que la partie visible du mépris que portent les autorités de tutelle sur notre profession.

Les ARS qui gèrent les finances mise à leur disposition par l’assurance maladie devraient se cacher dans un trou de souris. Alors qu’elles mégotent les tarifs sans cesse à la baisse ne prenant plus en charge de nombreux transports pourtant obligatoires, ces mêmes ARS déversent sans compter des millions d’euros aux conseils généraux des départements sous leur autorité pour permettre à nos collègues sapeurs-pompiers ambulanciers de transporter à longueur de journée, de la bobologie a grand coup de klaxon et de gyrophare.

Il sera intéressant de suivre la position prise par le SAMU Lyonnais dans ce dossier. A moins que comme dans beaucoup de département le directeur de ce service médical soutienne la police il est souvent lui-même un général de pompiers.

 

 

 

Grève

Comme prévu les entreprises du département ont mis en œuvre le mouvement de grève décidé la semaine dernière.
Malgré que le Centre 15 varois considère les ambulanciers privés, comme quantité négligeable, notre première journée de grève a permis de démontrer le contraire.
Il est fort probable que le mouvement s'inscrive dans le temps. Une réunion de suivi en décidera ce soir.
Il y sera débattu de la forme que prendra le mouvement dans les jours qui viennent.
D’après les informations qui nous sont parvenues, il semblerait que le mouvement soit étendu à la garde ambulancière départementale et aux sorties hospitalières.
La semaine devrait se terminer par une présence massive des transporteurs sanitaires privés sous les balcons de la préfecture du Var où se tiendra le CODAMUPS, présidé par Monsieur le Préfet . 

C'est reparti pour un tour !!!!!

Un mouvement revendicatif était prévu pour le 3 juin 2013. Une réunion organisé par la délégation territoriale du Var à laquelle ont participé Monsieur PERROT directeur du CHITS , le médecin du SAMU 83 en charge de la régulation des transports sanitaires au centre hospitalier Toulonnais et les représentants des ambulanciers privés a eu lieu le Mercredi 29 mai dans les locaux de l’ARS.Lors de cette réunion diverses décisions avaient été prises par la direction du CHITS et par le médecin chef du SAMU 83.A ce jour aucun début d’action n’a été constaté par l’ensemble de la profession.

De qui se moque-t-on ?, des Ambulanciers, de l’ARS ?
Ce mouvement engagé pour une durée indéterminée ne cessera qu’après la mise en œuvre des décisions prises lors des différentes réunions.

Il serait intéressant de prévenir {tooltip}Mr GAUDIN{tooltip} Secrétaire général de la préfecture{end-tooltip} .

Secours à personne € € €

Les sapeurs-pompiers de Saône et Loire s’inquiètent du fonctionnement normal du centre 15 départemental.
Les médecins régulateurs de ce centre 15 engagent très souvent les entreprises de transports sanitaires privées dont c’est la mission première financé par l’assurance maladie, sur les cotisations sociales des assurés prélevées sur leur salaire.Il est vrai qu’à l’instar de notre département le vocable, « secours à personne » cache une activité hors de proportion avec la réalité et représente une manne financière justifiant des budgets conséquents.
Lorsqu’on connait l’activité de transport sanitaire des pompiers-ambulanciers  (70 % de leur activité) les politiques devraient s’inquiéter de leur coût exorbitant pour transporter en majorité de la bobologie  de complaisance et participer par ailleurs à la saturation des urgences des hôpitaux varois.
Le SAMU centre 15 varois participe sans complexe à cette gabegie mais n’hésite pas à réclamer sans cesse de nouveau financement. La pression fiscale exercée sur les contribuables obligera les politiques de ce département à se pencher un jour sur la question et éviter de proposer comme l’a fait le président du conseil général du var une colonne de plus dans la feuille d’impôts locaux.

Lire l'article de MONCEAU NEWS

Ca devait être grave !!!

Selon les informations publiées ce lundi soir par lequotidien Var Matin sur son site internet, samedi soir, l’animateur Arthur a été pris d’un malaise alors qu’il dînait avec sa compagne ainsi que des amis dans un restaurant de la Place des Lices.

Pris en charge dans un premier temps par les sapeurs-pompiers et l’équipe médicalisée du Smur de Saint-Tropez, il a été évacué dans la plus grande discrétion vers les Urgences du Pôle Santé de Gassin aux alentours de 21h30.

Un bilan complet étant jugé nécessaire, il a ensuite été héliporté par le Spinal 90 du Samu 83 vers l’hôpital Sainte-Musse de Toulon pour des examens complémentaires vers 23h.

Après un période en observation, Arthur a pu rentrer chez lui dimanche, son état n’inspirant plus d’inquiétudes.

Lundi, Arthur était de retour dans ses bureaux parisiens.

"Tout va bien.Arthur est au travail", confirmait une proche rassurée à nos confrères de Var Matin

LA FIEVRE DU SAMEDI SOIR

CarenceDimanche 09 Juin 2013, 07H03. Appel du Centre 15 qui mandate la sociėtė de garde préfectorale sur le secteur de Toulon pour une mission à domicile chez une patiente ayant un épistaxis. Délai demandé et accordé: 15mn.

L'équipage se dirige chez la patiente et arrive sur les lieux 5 mn après, cette dernière attend l'ambulance, est invitée à s'installer et bilan est alors effectué.

L'ARS a refroidi la cocotte !!

Une réunion organisé par la délégation territoriale du Var à laquelle ont participé Monsieur PERROT directeur du CHITS , le médecin du SAMU 83 en charge de la régulation des transports sanitaires au centre hospitalier Toulonnais et les représentants des ambulanciers privés a eu lieu hier Mercredi 29 mai dans les locaux de l’ARS .

Lors de cet échange la légitimité des revendications a été reconnue. Une commission va être mise en place dans les jours qui viennent pour rectifier les modalités d’engagement des moyens privés en conformité avec les textes règlementaires.

Les transporteurs sanitaires ont bien expliqué à l'ensemble des participants, que le mouvement n’était que suspendu et seul l’application sur le terrain des décisions à venir, mettrait un terme à ce mouvement revendicatif.