L'été sera chaud !!!!

Au vu du des divers évènements émaillant leur activité les professionnels du transport sanitaire, devant l’absence de réaction de leur organisation syndicale nationale ont décidé de passer à l’offensive.
Dans divers départements, et sous différents prétextes les professionnels du transport sanitaire se mobilisent. Dans le département du Var c’est le blocage par le SAMU 83 de la signature de la convention mettant en place le référentiel national des urgences pré hospitalière qui exaspère. Dans les Alpes maritimes, c’est le potentat proche de la dictature, du délégué territorial de l’ARS de ce département qui cristallise la colère des ambulanciers. Dans les bouches du Rhône c’est le comportement de la brigade de pandores qui immobilise ambulances et VSL pour des contrôles proches de l’inquisition organisés et soutenus par la délégation territoriale de ce département. Dans le Calvados c’est un document remis aux patients par le centre hospitalier de la côte fleurie qui pose un sérieux problème de discrimination. En Isère la rémunération des gardes entrainant les entreprises à la faillite ont amené les ambulanciers à ne plus l’assurer. La liste des récriminations est longue et pourrait faire l’objet de plusieurs pages sur ce site.
Les nuages s’amoncellent sur la profession et l’orage est prêt à éclater. Aucune prise en compte des difficultés que rencontre la profession est faite par les ARS bien au contraire les réunions des sous-comités des transports sanitaires et permanence des soins ne sont que tribunaux d’exceptions ou les sanctions et autres tracasseries décidés par quelques fonctionnaires illuminés, parachutés dans les délégations territoriales et convaincus de leur mission divine et pensant que dès qu’ils auront anéanti notre profession, le trou de la sécu sera comblé. Les entreprises vont s’écrouler les unes après les autres. La tarification n’est plus en adéquation avec les charges des entreprises. Les délégations territoriales auraient dû mettre en place au plus tôt les référentiels publiés par le ministère de la santé. Ces référentiels ont pour objectif de réduire les dépenses de transports sanitaires en particulier celles des urgences pré hospitalière, qui coutent une fortune à l’assurance maladie et aux collectivités territoriales par leur peu de rationalité tel que la relever la cour des comptes dans son dernier rapport sur le sujet. Mais l’incurie, voire l’incompétence de quelques chefs de service hospitalier plus enclin à dépenser sans compter qu’à économiser l’argent du contribuable creusent le lit de la révolte de notre petite profession composée en totalité d’entreprises privées qui savent ce que veut dire économie.
Attention les voyants sont tous aux rouges dans notre département et peut être qu’en se réveillant un matin notre gentil préfet aura l’impression qu’il a neigé sur la ville tant de toits blancs seront visibles à perte de vue seul le bruit des klaxons lui rappelleront que nous sommes en plein été.
Certaine guerre ont éclaté par l’attaque d’un petit poste de garde.