Le SAMU 83 épinglé par la cour des comptes

Le dernier rapport thématique sur le fonctionnement des SDIS paru jeudi 1décembre 2011 et publié par la cour des comptes, épingle le SAMU 83. En effet à la page 79 de ce rapport fort de 354 pages vous pourrez lire :

 

« Ces dispositions ne correspondent plus à la réalité. Dans plusieurs départements, l’appel aux pompiers pour assurer des transports sanitaires en cas de carence des ambulanciers privés est devenu pratiquement systématique. C’est, par exemple, le cas dans la Sarthe ou dans le Var, où le centre 15 recourt directement aux services du SDIS, sans faire préalablement appel aux ambulanciers privés. Le nombre de carences, la nuit, les dimanches et jours fériés, y est très élevé. Malheureusement, la proportion des interventions abusives des SDIS n’est pas connue.

Le dispositif aboutit ainsi à solliciter les SDIS pour des activités en marge de leurs missions et à sous-utiliser les ambulanciers privés, dont c’est la mission définie par le législateur. Cette situation est due à plusieurs facteurs. Même si l’intervention des ambulanciers est obligatoire, lorsqu’ils sont sollicités, leurs indisponibilités sont parfois liées à l’absence de convention entre les ambulanciers privés et les

 

 

SAMU. Le régulateur du SAMU a, en outre, tendance à considérer, parfois à juste raison, que les sapeurs-pompiers constituent une solution plus pratique, avec des délais d’intervention plus courts et des équipements mieux adaptés. Certains SDIS peuvent eux-mêmes trouver un intérêt à accomplir ces missions pour améliorer leurs statistiques d’activité et mieux justifier l’octroi de nouveaux moyens. »

 

Alors que le centre Hospitalier de Toulon claironne à qui veut l’entendre que tout va bien, que les carences diminuent, la cour des comptes relève carrément le contraire. Les responsables du centre 15 varois enfume depuis des mois et des années l’aéropage complet de braves gens censés gérer en bon père de famille les deniers du contribuable varois.L’AU83 ne cesse de dénoncer depuis des années la fumisterie de ce service d’urgence. Le drame de cette affaire c'est que la direction complète du CHITS se fait balader depuis des années sans s’émouvoir de ces dysfonctionnements. La direction du CHITS en réponse à un député saisi par les ambulanciers privés victimes d'une pseudo convention se permet même de lui indiquer « Tout va très bien madame la marquise tout va très bien ».

Sans parler des pauvres ambulanciers gogos qui ont investi depuis deux ans en personnel au SAMU83, en équipement fort couteux de géolocalisations et autres obligations délirantes, qui à la lecture de ce rapport certains vont surement tomber malade tant ils ont cru aux chants des sirènes de ces bons docteurs garants du service public.

La cour des comptes n’est pas un service complaisant et à la lecture de ce rapport on espère que l’ARS mettra très rapidement en œuvre les référentiels publiés par le ministère de la santé. La situation économique de la France et des finances varoises ne peut plus laisser des triples  ... nous faire perdre le triple A.


Les pompiers ont incendiés le SAMULire le rapport de la cour des comptes