La Police municipale de TOULON n'aime pas, elle non plus, les ambulanciers privés...


Il y a quelques jours, une ambulance était mandatée par le SAMU 83 pour aller porter assistance à une dame atteinte, entre autre de syndrôme dépressif, sur la commune de Toulon, plus précisément sur l'avenue de la République, au numéro 479 se trouvant sur la contre-avenue, c'est-à-dire sur la voie montante unique qui part du stade Mayol et qui va vers l'arsenal.
Cette artère toulonnaise n'étant pourvue de places de parking, ni même de renfoncement permettant de s'y garer, il va de soi que le véhicule fut stationné devant l'entrée du domicile, soit sur la voie roulable.

L'équipage après avoir passé 10 minutes auprès de la patiente, pas vraiment au mieux après ingestion de médicaments et non alimentation, entreprit d'évacuer cette dernière après bilan auprès de l'autorité de régulatio médicale.

 C'est à ce moment-là que la situation prît du piquant...

 Les ambulanciers installèrent la patiente dans le véhicule, le conducteur se dirigea vers le poste de conduite et fut alors hélé, que dis-je, invectivé haut et fort et à grands coups de signes autoritaires de la main par un motard de la police municipale de Toulon, stationné sur l'avenue avec un binôme, dans un périmètre balisé par leurs soins pour permettre à la file de voitures stationnées derrière l'ambulance de pouvoir dépasser celle-ci en empiétant sur les voies inverses en toute sécurité...

Intervention somme toute normale et pleine de bon sens.

Où le bon sens perd son sens, justement, c'est lorsque le policier vociféra au conducteur de l'ASSU qu'il n'avait rien à foutre là, lui indiquant par la même occasion et toujours à grands gestes de la main un pseudo parking, en fait une voie de circulation, se trouvant devant des magasins (Canessa pêche, Sieù da qui, etc...), le dit endroit se trouvant à une centaine de mètres du lieu d'intervention.

Ce à quoi l'ambulancier répondit qu'il n'avait pas à stationner au-delà d'une limite raisonnable, qu'il n'avait pas à trimbaler son matériel inutilement et qu'il n'en allait pas de la sécurité de la patiente de la promener en brancard sur la voie de circulation; il y a quand même mieux pour faire du lèche-vitrines!

Il rajouta également à l'adresse du Môôôssieur qu'il se serait contenté de faire son boulot d'agent de la circulation municipale si il y a avait eu les pompiers en lieu et place d'ambulanciers.

La réponse de notre brave cow-boy falconien répondit qu'il n'en aurait rien été, que le tarif aurait été le même.......gloupsss....excusez-moi....une fausse route....!!!

Bref, l'ambulancier ne se laissant impressionner, rétorqua qu'il intervenait sur mandat du SAMU, qu'il avait des priorités à ce titre et blablabla et blablabla...

 Le cow-boy, tel Moïse et ses tables de lois, se fendit alors d'un "VOUS N'Ê-TES PAS DES POM-PIERS!!!" L'ambulancier en retour se fendit ....la gueule, tout en lui répliquant qu'il n'avait qu'à lui dresser un procès-verbal et que restait à prendre un rendez-vous devant le tribunal.

 

Eh bien....il attend toujours!!!

 

 L'épisode western fini, l'ambulancier prît son téléphone et appela le service de police municipale, demanda à parler à un gradé, et lui expliqua la situation incongrue, infâmante au regard des badauds et automobilistes alors présents, et dégradante en image qu'il venait de vivre...

Le chef de poste, très courtois, l'écouta attentivement, comprit la situation et répondit après exposé des faits que se trouve dans un bureau à Toulon une personne passant son temps à scruter les écrans de télésurveillance du flux routier et mandant les services de police municipale dès lors qu'un véhicule est immobilisé sur une voie, histoire d'intervenir au plus vite pour réguler le trafic, une sorte de Parm municipal quoi...

 Et pour finir, toujours aux dires du chef de poste, il apparaît que Monsieur le Maire FALCO, a "HORREUR"de constater qu'un véhicule quel qu'il soit entrave ou immobilise la circulation de sa chère ville, ce qui de fait fait réagir au plus vite la police municipale qui, de l'aveu du gradé dont nous parlons, a la pression des élus sur les épaules!

 Alors, in fine, il faudrait peut-être attirer l'attention de Monsieur le Maire sur le fait que la population toulonnaise, et les ambulanciers en particulier, ont eux aussi "HORREUR" de l'immobilisation de véhicules sur les voies publiques,accidentogènes au quotidien, par exemple sur l'A57; ceci dû en partie à un radar qui, allez savoir, est peut-être en connection directe avec le Parm municipal!...

Mais bon, nous avons attendu des années durant l'ouverture d'un premier tunnel fermé 20 nuits par mois dans lequel il ne faut pas circuler en décapotable mais à la rame, il y a tout autant d'années que nous attendons l'ouverture d'un second tunnel qui nous réserve bien des surprises, soyons optimistes et espérons qu'il ne faudra pas toute une décennie pour que les mentalités évoluent et que les ambulanciers aient enfin droit à l'image qu'ils méritent et qu'ils s'efforcent de véhiculer sans pour autant entraver la circulation...

 

                                                                    images