La ballade des gens heureux

Dimanche 8 juillet à 9 heures, un papy du village de Cornillac dans la Drôme prend un coup de chaud, les personnes qui l’accompagnent lui conseillent de se mettre un peu au frais. Les voisins par souci de sécurité font appel au centre 15 pour les informer de l’incident du grand-père .

Le médecin régulateur du centre Drômois dépêche le médecin local de la permanence des soins qui rend visite et prescrit une hospitalisation pour faire le point sur son état de santé. Un dialogue s’installe entre le centre 15 et le médecin local et à sa grande surprise malgré qu’il ait indiqué que l’état du patient permettait un transport sanitaire par la route, il est décidé d’héliporter une équipe médicale sur place et de faire décoller F-GLEE, l’hélicoptère Agusta 109 bi-turbine du SAMU26.
Au décollage de Cornillac, avec le patient, une panne moteur contraint l’hélico à se poser d’urgence et là, on fait appel à F-GVJA l’écureuil du SAMU84 qui se pose 3 km plus loin où l'on transporte le brave papy avec le VSAV jusqu’au lieu de pose du nouvel hélicoptère qui terminera l’acheminement du patient au CH d’Avignon où il arrivera à 13h00.
Le plus proche centre hospitalier étant Valréas distant de 45 km de Cornillac, c’est à Avignon que notre grand-père se retrouve.
En ambulance privée le transport aurait couté 140,34 euros à l’assurance maladie et aurait duré environ 50 mn. L’intervention pour le grand-père, appelée communément "secours à personne" par les SDIS, aura coûté plus de 5000 euros à la collectivité locale et aura duré 4 heures.

Allez comprendre!
Le référentiel des urgences pré-hospitalières publié par le ministère de la santé a-t-il eu un début d’application dans ce département? Il est grand temps que la Cour des comptes se repenche sur ce problème car le premier rapport publié voici bientôt un an n’a pas touché le fin fond des casernes de pompiers tout autant que les responsables de SAMU.


PS : Notre gentil Papy à réintégré son domicile moins de 48h plus tard où il a repris sa paisible retraite à l’ombre des oliviers provençaux.