La lutte des classes (Public-Privé)

lutteIls s’y mettent tous pour écraser les ambulanciers privés. Après les gendarmes de Saint Tropez, voilà le service CACIR (CENTRE AUTOMATISÉ DE CONSTATATION DES INFRACTIONS ROUTIÈRES) de RENNES qui demande aux ambulanciers privés qui effectuent des transports urgents à la demande du SAMU une attestation avec le pedigree complet du patient transporté du médecin qui a régulé et bientôt les mensurations de la belle-mère pour procéder à un classement sans suite d’un véhicule de transport sanitaire effectuant une intervention dans le cadre de l’aide médicale urgente à la demande du SAMU comme le prévoit les textes.

Que l’officier du ministère public réclame une centaine de document par jour aux ambulanciers, aux médecins du SAMU, aux services hospitaliers, pour créer des emplois publics on ne s’y prendrait pas mieux.
Par contre ce qui est choquant c’est la ségrégation dont fait preuve le fameux officier du ministère public qui ne fait pas la même demande aux autres véhicules d’intérêt généraux.
La contestation systématique des pseudos infractions va être engagée par les transporteurs sanitaires auprès du tribunal de police et faisant confiance à la justice, leur droit sera reconnu.
En attendant les chauffeurs ambulanciers vont peut-être ouvrir l’œil sur les utilisateurs d’avertisseurs sonores et autres gyrophares, pour voir si derrière le véhicule qui déboule derrière eux ne se cache pas un préfet qui part tranquillement prendre l’avion ou un commandant de Sapeur-pompier rentrant chez lui après une dure journée.
He ho la ………. Vous pouvez nous lacher.